مرحبا بكم في موقع الداخلة الآن موقع اخباري مغربي         مؤتمر برلين للأزمة الليبية.. حضرت جميع الأطراف بإستثناء الليبيين             جلالة الملك محمد السادس يتلقى اتصالا هاتفيا من الرئيس الفرنسي ''إيمانويل ماكرون''             بلاغ / المغرب يستغرب بشدة إقصاءه من مؤتمر برلين الخاص بالأزمة الليبية             بوريطة يؤكد احتضان مدينة العيون اجتماع وزراء خارجية المغرب ودول المحيط الهادي الشهر المقبل             في حضور بوريطة ونظيره الغابوني.. جمهورية الغابون تفتح قنصلية عامة لها بالعيون             أمير المؤمنين الملك محمد السادس، نصره الله، يؤدي صلاة الجمعة بـ''مسجد لالة أمينة'' بمدينة الصويرة             ناصر بوريطة يجري مباحثات ثنائية مع نظيره الغيني بحضور والي الجهة وغياب المنتخبين             الاتحاد الجزائري لكرة القدم يرفض المشاركة بالكان الخاص بالصالات المنظم بالعيون             ‎بوريطة ووزير الخارجية الغيني يشارك في الإفتتاح الرسمي للقنصلية العامة لجمهورية غينيا بالداخلة             الصويرة .. مشاريع مائية وهيدرو-فلاحية وخاصة بالماء الشروب تكرس الرؤية الملكية لتنمية مستدامة ومندمجة للعالم القروي             بلاغ / جلالة الملك يجري مباحثات ثنائية مع نظيره التونسي ''قيس سعيد''             رسميا / بوريطة غدا بالداخلة والعيون لإفتتاح قنصلية غينيا كوناكري والغابون             وزير الخارجية الاسبانية الجديدة تختار المغرب كأول محطة دولية لتحركها الديبلوماسي             النقابة الوطنية للصحافة المغربية تصف مقال الصباح عن مدينة الداخلة ''بالعنصري''             تعزية من الداخلة الآن الى عائلة الفقيد ''خطري ول احنان'' رحمه الله تعالى             وسط حضور معتبر.. رفاق العثماني بالداخلة ينظمون ندوة عمومية بتأطير من عزيز الرباح            شاهد.. روبرتاج عن الندوة الوطنية حول الاقاليم الجنوبية التي احتضنتها الغرفة الفلاحية للداخلة            شاهد.. تفاصيل المؤتمر الثنائي بين ناصر بوريطة ونظيره الغيني "مامادي توري"            شاهد.. تفاصيل الافتتاح الرسمي للقنصلية العامة لجمهورية غينيا كوناكري            تفاصيل اللقاء التواصلي المنظم من طرف جمعيات الكسابة بالجهة            تصريح كل من الخطاط ينجا ووزير الخارجية الغامبي            تفاصيل حفل العشاء الذي أقامه الخطاط ينجا على شرف وزير الخارجية الغامبي            امرأة تقدم رسالة شكر وامتنان للسيد الخطاط ينجا رئيس جهة الداخلة وادي الذهب            امرأة تسمي إبنها "ينجا" شكرا وامتنانا لرئيس الجهة الخطاط ينجا            رئيس جهة الداخلة وادي الذهب يؤكد الدور المحوري للجهة في التنمية المندمجة            أن تنتخب أن تختار من يسرقك ديمقراطيا.            ماهي الشخصية السياسية الاكثر تاثيرا في مدينة الداخلة لسنة 2017 ؟            هل تعتقد أن الكركرات ستكون شرارة عودة الحرب الى الصحراء؟           
الداخلة الآن : الأحد 19 يناير 2020 17:56


21 نونبر 2019 الساعة 22:10

Au Sahara marocain, un éleveur de dromadaires « à l’ancienne »



Dakhla now

AFP


Au cœur du désert d’Oued Eddahab, près de la côte atlantique du Sahara occidental, Habiboullah Dlimi élève son troupeau de dromadaires pour le lait, la viande et la course. « A l’ancienne », dans la tradition de ses ancêtres.


Mais en homme bleu de son temps, ce Sahraoui, descendant de la tribu nomade des Ouled Dlimi, habite en ville avec sa famille, se déplace en 4×4 et utilise des coordonnées GPS récupérées par téléphone portable pour localiser son cheptel, surveillé par des bergers salariés.

A son grand regret, « les jeunes aujourd’hui préfèrent rester en ville », les bergers viennent donc pour la plupart de la Mauritanie voisine, mais demandent souvent eux aussi « à travailler dans des zones couvertes par le réseau du téléphone ».

« Moi, je ne garantis que les dromadaires », plaisante cet homme de 59 ans qui a repris sur le tard l’activité pastorale de son père.

Comme autrefois, le bétail arpente le désert en toute liberté. La traite se fait à la main, au coucher et au lever du soleil.

 

Quand un troupeau « se nourrit de plantes sauvages et passe la journée à marcher, le lait est bien meilleur », explique l’éleveur, intarissable sur les bienfaits de cette boisson riche en protéines et nutriments, « source de vie » pour les nomades.

Impossible de connaître le nombre de ses dromadaires: « ça porte malheur ». Il préfère décrire ses animaux « doux et aimables » qu’il reconnaît de loin, « comme ses enfants ».

« Les dromadaires peuvent tout endurer, le soleil, le vent, le sable, le manque d’eau… S’ils pouvaient parler, on verrait bien que ce sont eux les plus intelligents », s’enthousiasme-t-il.

– « Lien très fort » –

« Je connais le désert et le désert me connaît », assure celui qui, pour se présenter, décline les noms de ses ancêtres sur cinq générations, comme le veut la tradition.

Tout en ayant une page Facebook et un compte WhatsApp, qui ne parlent que techniques d’élevage, recherches scientifiques et courses de dromadaires.

Il regrette que « la filière cameline ait été valorisée partout dans le monde, sauf ici ». Pourtant, selon lui, le lait est « très à la mode » chez les amateurs de produits sains, la viande de chamelon, vendue sur les marchés locaux, « est excellente » et « des chercheurs s’intéressent aux vertus de l’urine » du dromadaire, qui serait bonne pour des troubles divers allant des pellicules aux ulcères.

L’élevage intensif de dromadaires, en plein essor dans d’autres pays arides comme l’Arabie Saoudite, a fait l’objet de quelques études des autorités marocaines, mais n’est en effet pas d’actualité dans le désert de l’Oued Eddahab.

Les projets de développement dépendent entièrement du Maroc qui contrôle 80% du Sahara occidental depuis les années 70 et veut en faire un territoire « autonome sous sa souveraineté ».

Le mouvement indépendantiste du Front Polisario, lui, appelle à un référendum d’autodétermination du peuple sahraoui dans l’ancienne colonie espagnole. Les Nations unies s’efforcent depuis des décennies de trouver une solution de compromis.

Comme beaucoup dans sa tribu, Habiboullah Dlimi a des proches de l’autre côté du mur de sable qui sépare les deux camps sur plus de 2.500 km. Il a choisi la « fidélité » pour le Maroc, les autres « veulent l’indépendance », avec le Polisario. Malgré tout, « les tribus restent les tribus, c’est une organisation sociale, on a un lien très fort entre nous », dit-il.

Décidé à « préserver le passé pour l’avenir », l’éleveur a créé une association culturelle perpétuant les traditions héritées d’un temps où « les frontières n’existaient pas », quand « les familles suivaient les troupeaux et les nuages ».

– « Huit fois champion » –

Car ici comme ailleurs, les nomades se sédentarisent, au profit des centres urbains. La ville voisine de Dakhla a triplé à 100.000 habitants en vingt ans alors que l’administration marocaine mise sur la pêche maritime, le tourisme et les cultures maraîchères sous serre.

Dans le même temps, le petit bétail, longtemps considéré comme un élevage d’appoint par les tribus du désert, a gagné du terrain: les 266.000 km2 du territoire sous contrôle marocain comptent quelque 6.000 éleveurs, 105.000 têtes de camelins, mais aussi 560.000 ovins et caprins, selon les statistiques de Rabat.

Un vieux dicton local veut que « celui qui n’a pas de chameau n’a rien ». « Certains disent que les Sahraouis sont fous car quand ils ont de l’argent, ils le mettent sur quatre pattes », plaisante l’éleveur. Pour lui, placer 20.000 dirhams (1.900 euros) dans une chamelle est un « placement très sûr ».

La course aussi, « c’est un plaisir et ça rapporte », souligne-t-il. Depuis que les Emirats arabes unis ont financé la construction d’un camélodrome moderne à Tantan, à 900 km au nord, « les (dromadaires) coureurs ont pris de la valeur et se négocient jusqu’à 120.000 dirhams », selon lui.

L’éleveur sélectionne ses bêtes de course parmi les nouveaux-nés du cheptel, mâles et femelles, sur leurs qualités physiques. Il les entraîne « en les pourchassant en 4X4 dans le désert ». « Aucune manipulation génétique! », assure celui qui se flatte d’avoir été « huit fois champion » en compétition nationale.

Les dromadaires sont têtus, et fidèles: son meilleur champion, qu’il a vendu à « un très bon prix », n’a plus voulu courir depuis qu’il a changé de main.

 



شاركو بتعليقاتكم
*المرجو ملئ جميع الخانات و الحقول الإلزامية المشار إليها بـ

* الإسم
* عنوان التعليق
* الدولة
* التعليق




شاهد أيضا